L’hostilité de plus en plus récurrente envers le diesel a insinué le doute dans votre esprit : faut-il encore acheter une Golf TDI ? L’argus.fr vous aide à choisir avec les essais simultanés des Golf 1.6 TDI 115 et 1.4 TSI 125, et le calcul du seuil de rentabilité de la version diesel.

La dernière attaque en règle contre le diesel date de ce début de semaine, lorsque le gouvernement confirme la hausse de 10 % de taxes sur le gazole en 2018, soit un prix au litre alourdi de 7,8 centimes. L’essence est moins touchée, avec une hausse de 3,9 centimes, afin d’accélérer la convergence entre les prix des deux carburants à la pompe d’ici la fin du quinquennat.

Cette nouvelle étape s’inscrit dans un plan anti-diesel déclenché en 2015 par le scandale du « dieselgate » lié à l’affaire Volkswagen et qui, depuis, a fait tache d’huile chez presque tous les constructeurs. Il ne s’agit pas de réécrire l’histoire mais de savoir si, économiquement, il faut encore acheter une voiture compacte diesel à la lumière de l’ensemble de ces événements et au regard des progrès réalisés par les moteurs à essence en matière de consommation. Pour ce test, nous avons donc convoqué deux Golf, une TSI et une TDI.

D’abord, un constat : 53 % des Golf actuellement vendues en France roulent au diesel et 47 % à l’essence (dont 4% d’hybrides essence GTE). Cette dieselisation encore majoritaire est poussée par les ventes aux entreprises particulièrement friandes de ce carburant. Pour le particulier, il y a débat et pour avoir le cœur net sur quel carburant choisir, nous avons testé les Golf essence et diesel les plus vendues depuis le restylage du modèle : Golf 1.4 TSI de 125 ch et Golf 1.6 TDI de 115 ch, deux versions aux performances comparables.

 

 Conditions des tests de consommations

Nous avons réalisé simultanément trois parcours – route, autoroute et ville – avec les deux voitures et comparé leurs consommations. Nous avons choisi des versions avec boîte de vitesses à double embrayage DSG7 afin que le comportement des deux conducteurs soit le plus proche possible. Le test de consommation s’est déroulé par un temps sec, un vent nul et une température oscillant entre 17 et 20 degrés. La climatisation est restée débranchée et il y avait une personne à bord de chaque voiture.

La Golf 1.4 TSI est une finition Carat, chaussée en roues de 18 pouces (225/40 R18) et totalisant 5 540 km au départ. La Golf TDI est une Confortline, chaussée de roues de 17 pouces (225/45 R17) et totalisant 7 665 km au départ. Nous avons retenu les consommations après étalonnage des ordinateurs de bord (optimiste de 0,2 l/100 km).

Ecart de prix Golf essence et diesel

ESSENCE
VW Golf 5 p
1.4 TSI 125
DIESEL
VW Golf 5 p
1.6 TDI 115
Trendline 25 080 €
Confortline 25 660 € 27 600 €
Carat 28 030 € 29 970 €
Carat Exclusive 32 280 € 34 220 €
Boite DSG + 1930 € + 1930 €
Puissance fiscale 6 CV 6 CV
Rejets de CO2 120 g/km 106 g/km
Malus écologique aucun aucun
Cons mixte homologuée 5,1 l/100 km 4,1 l/100 km
Cons moy. observée 6,9 l/100 km 5,7 l/100 km
Révision tous les 2 ans / 30 000 km 2 ans / 30 000 km

Avant de retrouver les résultats en trois actes (route, autoroute et ville), un coup d’œil sur l’écart de prix qui est à l’avantage de la Golf TSI 125 : elle est 1 940 € moins chère que la TDI 115. Sur les deux versions, la boîte DSG7 est facturée 1 930 €. A noter que la TDI 115 démarre à un tarif plus bas à la faveur de sa disponibilité en finition Trendline. Les deux versions échappent au malus écologique et leur fiscalité est comparable.

 

Acte 1 : sur la route, au coude à coude

Notre premier parcours part de Ferrières-en-Brie (77) avec les ordinateurs remis à zéro, pour 130 km de départementales et nationales jusqu’à Tinqueux, à proximité de Reims (51). Le trajet se déroule avec une faible circulation – peu de dépassements donc -, le rythme est celui autorisé par la législation (70 km/h, 90 km/h et parfois 110) et le parcours est ponctué par des traversées de villages à 50 km/h. Nous n’adoptons pas d’éco-conduite, mais nous ne faisons pas non plus de relances pied au plancher.

La Golf TSI se montre plus agréable avec sa mécanique discrète, alors que la TDI offre des relances un peu plus toniques à bas régimes avec son couple plus généreux. A l’arrivée, l’écart de consommation est très faible. Bonne surprise pour l’essence qui talonne le diesel : seulement 0,3 l/100 km d’écart.

  • Golf TSI sur route : 5,8 l/100 km
  • Golf TDI sur route : 5,5 l/100 km

 

Acte 2 : sur l’autoroute, le règne du diesel

Nous nous engageons pour l’autoroute pour ce second test avec les ordinateurs à nouveau remis à zéro. Le parcours autoroutier est avalé à 130 km/h au GPS (système Coyote), ce qui correspond à 135 km/h au compteur. Le trafic est fluide pendant les 120 km du parcours. Quelques zones de travaux font parfois retomber la vitesse à 110, voire 90 km/h.

On n’utilise pas le régulateur de vitesse adaptatif qui heurte trop la conduite dès qu’il y a du trafic. A l’arrivée, on constate que le TDI ne surconsomme pas trop par rapport au parcours routier, alors que le TSI se montre lui plus gourmand. C’est d’ailleurs un avantage du diesel en général : ne pas trop surconsommer quand on accélère le rythme, à l’inverse d’un moteur essence moderne qui voit son débit d’essence s’affoler dès que l’on a le pied lourd.

  • Golf TSI sur autoroute : 6,8 l/100 km
  • Golf TDI sur autoroute : 5,7 l/100 km

 

Acte 3 : en ville, le diesel malgré tout

Difficile de se suivre de près en ville avec un trafic dense voir congestionné par moment. C’est parti à chaque fois pour une heure de trafic urbain dans un Paris englué par endroits. Dans ces circonstances, les boîte DSG apporte un réel confort de conduite. Les Stop&Start coupent les moteurs juste avant l’arrêt. Celui du TDI provoque une légère vibration au redémarrage, pas celui du TSI qui est plus doux.

D’une manière globale, le TSI a vraiment sa place ici : pas de vibrations à bord, moteur quasiment inaudible. Bref, un havre de paix alors que leTDI gronde sous le capot. Mais le diesel gagne la guerre de la consommation avec un écart de 1,3 l en sa faveur. Attention, ces valeurs peuvent varier car il est difficile d’avoir un trajet type en ville et la façon de conduire peut être très différente d’un conducteur à l’autre en milieu urbain.

  • Golf TSI en ville : 7,5 l/100 km
  • Golf TDI en ville : 6,3 l/100 km

 

Fiche technique Golf 1.4 TSI et 1.6 TDI

ESSENCE
VW Golf 5 p
1.4 TSI 125 DSG7
DIESEL
VW Golf 5 p
1.6 TDI 115 DSG7
Moteur 4 cylindres,turbo 4 cylindres,turbo
Cylindrée 1395 cm3 1598 cm3
Puissance 125 ch à 5000-6000 tr 115 ch à 3250-4000 tr
Couple 200 Nm à 1400-4000 tr 250 à 1500-3200
Transmission aux roues avant aux roues avant
Boite de vitesses double embr, 7 rap. double embr, 7 rap.
Poids à vide 1216 kg 1268 kg
Pneus (modèles testés) 225/40R18 225/45R17
0 à 100 km/h 9,1 sec 10,5 sec
Vitesse maxi 204 km/h 198 km/h

 

C’est votre usage principal qui orientera votre choix et, évidemment, votre kilométrage annuel moyen. Pour vous aider, sachez que le seuil de rentabilité de la Golf TDI 115 est fixé à 84 165 km. Un chiffre obtenu en tenant compte de l’écart de prix Golf TDI-TSI (1 940 € à l’avantage de l’essence), d’un prix moyen à la pompe de 1,23 € pour le gazole et 1,37 € pour le SP95 (source Ufip) et de la consommation moyenne observée.

  • Moyenne Golf TSI : 6,9 l/100 km
  • Moyenne Golf TDI : 5,7 l/100 km

De manière plus aisée, voici les écarts de prix de votre budget carburant en fonction de votre kilométrage annuel (tableau). A 20 000 km par an par exemple, il vous faudra plus de quatre ans pour rentabiliser la Golf TDI… Et cet écart va encore se resserrer progressivement, puisque les prix à la pompe du SP95 et du gazole sont appelés à converger dans les années à venir.

 

Budget annuel du carburant (*)

Golf TSI Golf TDI Ecart
Pour 10 000 km/an 932 € 701 € 231 €
Pour 15 000 km/an 1 397 € 1 051 € 346 €
Pour 20 000 km/an 1 863 € 1 402 € 461 €
Pour 25 000 km/an 2 329 € 1 752 € 577 €
Pour 30 000 km/an 2 836 € 2 103 € 733 €

* Sur la base de 6,8 l/100 km pour TSI et 5,7 l/100km pour TDI
avec un prix actuel de 1,37 € pour le SP95 et 1,23 € pour le gazole

 

Notre choix : la Golf essence 1.4 TSI

L’essence est donc un meilleur choix, sauf pour les gros rouleurs (VRP, entreprises…), compte tenu de l’évolution de la fiscalité et des performances du moteur TSI 125 (sans oublier le nouveau 1.5 TSI 130 ch un peu plus performant qui arrivera en fin d’année sur la Golf 7). Et puis la sérénité est davantage du côté de l’essence pour les années à venir : quid de la popularité du diesel dans cinq ans sur une voiture compacte ? Pour la revente du véhicule, c’est à réfléchir.

Après les citadines, le diesel va donc perdre significativement du terrain sur les voitures compactes (le mouvement est déjà enclenché). Par son rendement supérieur, le gazole reste cependant un carburant approprié sur les grandes voitures familiales (breaks ou berlines), les gros SUV et les monospaces, tous plus gourmands en carburant.

 

AUTO 25 – Votre Courtier Automobile à BESANCON , spécialiste véhicules Neufs 0kms & occasions récentes sur demande.